Harcèlement de rue

Hey you !

Aujourd’hui j’ai décidé de parler d’un sujet qui concerne toutes les femmes.Le harcèlement de rue. Je me concentre dans cet article sur le harcèlement de rue qui concerne les femmes (bien que les hommes peuvent en être victimes aussi). Eh oui, en tant que femmes nous sommes souvent confrontées à des remarques, des sifflements parfois même des insultes dans la rue. Le mot “harcèlement” désigne  un enchaînement d’agissements hostiles dont la répétition affaiblit psychologiquement l’individu qui en est la victime. Vous me direz, si on subit une remarque une fois d’un homme ce n’est pas du harcèlement… Le fait d’essuyer les remarques lors de déplacements dans la rue c’est un enchaînement, non ? Alors certes, l’homme qui nous a abordé 10 minutes plus tôt et qui a été lourd n’est pas responsable du relou  qui nous abordera plus tard dans la journée. Mais, c’est épuisant pour certaines femmes d’avoir toujours les mêmes remarques, les mêmes comportements. Comme si on était un animal du zoo et que des passants faisaient des commentaires sur notre aspect physique. Comme si on était des moins que rien quand on leur dit “Non” et qu’on nous traite des “salope”, “moche” et j’en passe. Pourquoi viens-tu me parler en premier lieu alors ? Ce sont des phénomènes tellement récurrents que je suis devenue intolérante à la drague de rue, même innocente. C’est la réaction de beaucoup de femmes.

J’ai un petit moment Story Time pour vous. Lors de ma première année de fac, j’ai vécu une expérience plutôt flippante. Je rentrais chez moi à vélo dans la nuit (pas très prudent, c’est vrai). J’entame ma route et je croise un jeune homme à vélo également qui roulait en sens inverse du mien. Dès que nos regards se sont croisés il a fait demi-tour et a commencé à rouler à ma hauteur. J’ai pédalé à fond pour essayer de le semer mais rien à faire. Il m’a rattrapé et m’a dit “Bonsoir…”. À ce moment là tu te dis “Oh non ! Comment je vais faire ?” . Il essaye de faire la discussion mais de manière intrusive et perturbante.  Il me demande où je vais et si je ne veux pas le suivre. Dans ma tête je me dis “Oui bien sûr je vais suivre un inconnu à 23h30 !”. Dans des moments comme ça on ne peut pas être sarcastique malheureusement, car on ne sait pas comment la personne va réagir. Je lui réponds alors que non merci je n’ai pas envie. Il insiste mais j’insiste encore plus en lui disant que je rentre chez mon grand frère. C’était histoire de le dissuader mais il ne s’est pas démonté. Il m’a dit : “C’est pas grave tu peux rentrer chez moi”(Creepy). Tout en continuant à pédaler, je rétorque que mon copain ne serait pas content (On a toute cette astuce). Eh bien, figurez-vous que l’idée que j’ai un copain l’a repoussé. Il a alors abandonné et repris son chemin initial en me saluant. Ce fût court mais assez long pour avoir peur. J’étais soulagée qu’il s’en aille avant que j’arrive vers mon immeuble et j’ai continué ma route à toute vitesse pour rentrer chez moi. Je regardais derrière moi de temps en temps pour m’assurer qu’il ne me suive pas. Une fois chez moi, je me suis posée et j’ai réfléchi. Le fait que je n’ai pas eu envie de le suivre ne l’a pas gêné, par contre le fait que j’ai un supposé copain l’a rebuté. Ça veut dire qu’il respecte plus un autre homme (et les représailles éventuelles) que mon envie de ne pas le suivre…

Je trouve ce type de comportement tellement égoïste ! Il ne s’est pas mis une seconde à ma place. Il n’a pas imaginé qu’il me mettait mal à l’aise… Aborder quelqu’un dans la rue c’est une chose, ça peut encore passer tant que c’est fait avec respect (bien que je ne comprenne pas très bien pourquoi draguer dans la rue). Insister quand on essuie un refus je trouve ça inadmissible. C’est un manque d’estime de la volonté de l’être humain. De nos jours, c’est nous les femmes qui devons adapter notre comportement à ce style de personne. On a déjà toute entendu “C’est trop court”, “Attention à ton décolleté”, “T’as vu comment t’es habillée, c’est normal qu’on t’aborde”. On banalise le harcèlement de rue en disant que ce n’est pas grave, que c’est plutôt flatteur. Pourquoi cela serait flatteur de recevoir l’avis positif ou négatif d’un inconnu à qui je n’ai rien demandé, de qui je n’attends rien. Les gens se croient légitime de donner un avis sur le physique d’autrui alors que l’on ne leur a rien demandé. Que ce soit les hommes ou les femmes d’ailleurs. Ah ce comportement de féministe enragée. Enragée, non. Féministe, peut être. Si je crois que chaque être humain devrait être égaux dans tous les domaines. Féministe n’est pas un gros mot, hein. Plus on parle du harcèlement de rue jugé banal pour certains, plus on essaye de sensibiliser à notre humble niveau, une ou deux personnes. Faire comprendre que l’on est pas obligées de subir, de se sentir vulnérable lorsque l’on sort de chez soi. Faire comprendre que l’on est pas obligées d’appréhender quand on passe devant un groupe d’hommes adossés contre un mur. Faire comprendre aux personnes qui font ça, que quand quelqu’un ne veut pas, le forcing met mal à l’aise et agace. Évidemment je  ne généralise pas.

J’ai hésité à en parler mais après tout je me suis dit pourquoi pas m’exprimer sur ce sujet que les gens soient d’accord avec moi ou pas. Les différences d’opinion est ce qui rend riche un sujet.

Le respect est une valeur importante, et si chacun avait plus de respect pour son prochain le monde se porterait (un petit peu) mieux.  C’est d’autant plus vrai dans le monde dans lequel on vit. J’espère que ça vous aura intéressé. Faites attention à vous ☺️

XoXo Shanice. M 

 

N’hésitez pas à me suivre sur Instagram 

shanicempb

13883839_10209040637075289_1243976552_n

 

 

Suivre:

N'hésites pas à me dire ce que tu en penses